on life.,  vilaine

Toujours plus

Plus.
Il en veut plus.
Il la regarde, elle est à portée de doigts ; le jeu c’est qu’il ne la touche pas.
Il veut la froisser, la prendre, la bousculer.
Pour le moment tout ce qu’il fait c’est la regarder.
Son regard planté dans le sien, ils se baisent le cerveau et se pénètrent plus que si leurs sexes étaient en contact.
Difficile de conduire dans ces moments là, même avec une boîte automatique. difficile de rester focused sur la route,..
Pourtant elle ne fait rien de spécial, elle est couchée à l’arrière, alanguie.
Et elle le regarde dans le rétroviseur.
Il ne voit pas où sont ses mains, mais vu les expressions sur son visage il le devine aisément.
Ou du moins il l’espère …
Puis soudain  Kurt hurle sa peine et sa douleur,
Avec un grand sourire, elle passe entre les sièges et pose son cul moulé dans un un short symbolique à ses côtés.
Il regarde ses pieds cambrés et point Tarantino, elle a une petite bague marguerite à un de ses doigts de pieds, ses jambes galbées sont bronzées, sa poitrine libre sous le Marcel léger.
Elle sent le lys et le jasmin, la chaleur sur sa peau laisse un petit voile salé.
Elle augmente le son, et commence à s’agiter en rythme.
Il est pieds nus, un pied sur l’accélérateur et l’autre sur le tableau de bord.
Son t-shirt dessine ses muscles, sa peau est lissé, douce, elle veut le lécher le mordre.

Ses yeux descendent vers son entre jambes, surtout ne pas s’attarder, puis ses cuisses, fuck comme elle aime ses cuisses.
Et ce charmeur de merde qui sourit…
Ils roulent depuis quelque temps déjà.
Dans cette indolence estivale que tu ressens quand la route devant toi est libre.
Quand ils se sont réveillés ce matin, elle s’est blottie contre lui, glissée dans ses bras et lui a demandé et si nous allions voir l’océan ?
Alors ils ont prit un café puis taillé la route.

Ils roulent toutes fenêtres ouvertes.
Le vent chaud joue avec ses cheveux, elle essaie de les attacher mais ils s’échappent, il a envie de les lui tirer.
Elle ouvre un paquet de chips, lui demande s’il en veut une.
Il répond oui, elle lui offre du nous des doigts.
Posant son index sur sa lèvre inférieure..
Et lui demande encore?
Oh oui, il en veut encore, encore et plus..
Il le lui dit, elle le regarde et sourit.
Il s’arrête sur une aire de Pic Nic.
Ça serait vraiment sordide qu’on baise ici hein ?
Oui ça le serait effectivement mais j’en ai rien à foutre,
à nous de rendre exceptionnels tous les endroits ou on baise..
Elle lui dit ça, tout en virant son short et en ouvrant sa braguette.
Il est brûlant.
Chaud, trempé, humide, fondant, il joue avec son gland à l’entrée, elle le regarde l’embrasse, s’empale et lui dit .. ASSEZ joué !
Ils se chevauchent ainsi ardemment..
– Non je ne veux pas jouer,
Il lui dit sous le souffle, tout en l’embrassant…
– T’as perdu elle lui répond..
Tu m’as touché.
– Ta gueule, embrasse moi.
Ils s’arrêtent, elle le mord, il la serre, elle en veut encore, il s’enfonce en elle encore plus profond, ils sont peaux à peaux, bouche à bouche et âme à âme, seins sur son torse, il fait chaud, mais ils ne veulent rien d’autre que ce moment, où ils exploseront en un instant.
Les pouls s’accélèrent, ils ne font plus qu’un, ondulant à peine, pour retenir le moment divin, il sent qu’elle se serre autour de sa queue, elle est trempée et ne cesse de couler, ils s’embrassent dans le cou, il lui tire les cheveux, elle se cambre d’un coup, et yeux dans les yeux, il lui dit, chérie, je vais jouir, elle sourit, et murmure moi aussi, ils arrivent ensemble, épuisés. Il continue de la serrer, il la garde dans bras, Elle pose sa tête dans le creux de son épaule, lui souffle dans le cou, pour le faire frissonner, et en profite pour s’enivrer de son odeur… Il sent le chaud, le sel et le sexe, elle s’apaise, au bruit de son cœur.
Une main sur sa cuisse du bout de ses doigts, il la caresse lentement et amoureusement à la fois.
Ils sont arrivés à s’apprivoiser.
Leur instinct sauvage les a rapproché.

Plus rien ne pourra jamais les séparer, ils sont compagnons de vie pour toutes éternités.
Qu’importe les cris, les hystéries autour, la jalousie ne tient jamais face à l’amour.
La sincérité, dans leur fait loi.
Ils seront amis, amants, compagnons, complices tout à la fois.
Car ils se connaissent, se protègent l’un l’autre, c’est ancré dans leur cœur.
Et c’est tellement plus important que ce qui se voit.
Ils savent, ils sont. et c’est leur secret.
Cette balade en voiture l’a scellé à jamais.
Il la regarde, se la sueur à perlé sur sa nuque, il la lèche, et lui dit doucement, viens on continue on est pas loin de l’océan.
Ils se rhabillent à la va vite, et foncent vers l’océan, dans la voiture tout est doux et tendre à la fois, ils ne cessent de se toucher, pour ne pas perdre le contact et surtout de se regarder, souriant de ce bonheur, qui brule si tu t’approches trop de l’extérieur.
L’air est iodé, l’océan est là, voiture garée, ils traversent une forêt de pins.
Ils avancent pieds nus, le sable est chaud, à quelques mètres les vagues  s’échouent sur la plage, des herbes hautes, une clôture en bois, des coquillages éparpillés et quelques bois flottés. ils marchent au bord de plage et s’embrassent de nouveau.
Entre ses mains il prend son visage,le soleil est à l’horizon, elle lui chuchote, my soul le moment est arrivé.
Il la serre encore plus fort,
ils sont de toute beauté.
La magie opère à chaque seconde, chaque minute, depuis le moment où leurs mots se sont croisés.
ils se sont assis sur le sable, elle entre ses cuisses, pour qu’il puisse la protéger et ainsi en silence, dans les bras l’un de l’autre, il forment un monde, un univers tout entier. et regardent au loin le soleil se coucher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
19 − 13 =