• on life.

    Ode aux Navets.

    They did a Bad Bad Thing. Chris Isaack D’où vient cette jubilation, cette joie quasi enfantine que j’éprouve lorsque je regarde ce qui devrait être un « mauvais film » ? Nanar, navet, série B à Z, j’ai une passion pour ces chefs d’œuvre méconnus, qui sont tellement WTF, que je me dis, qu’ils ont été filmés et écrits sous acide, marie-jeanne et bourrés. Rien de tel que ce voyage dans l’univers d’un metteur en scène qui à une vision du monde, déjantée. Et si en plus il m’est servi, avec des acteurs en besoin alimentaires, ou sous contrat studio alors là, c’est carrément Broadway. Est-il plus facile pour un mauvais film…