on life.

Libre et fêlée.


Le truc insidieux, suite à une agression, c’est un peu comme après un cambriolage, tu te rends compte longtemps après, qu’il te manque des trucs…
Et là, je me suis rendue compte que j’avais perdu ma sensualité, mon désir de plaire, de séduire.
C’est dingue non?
Ça se traduit par des nons envies, de refus de se mettre en avant, alors déjÀ que je suis de nature timide voire farouche, ça m’a pas arrangé non plus…
Tout d’abord, j’ai compensé, pris du poids, cessé de vouloir « m’habiller pour tuer » rangé, les bas et les talons, juste pour passer inaperçue, pour cesser les yeux posés sur moi.
Puis je me mise a ne plus avoir d’élans, enfin un peu quand même, mais plus comme avant.
J’ai plus cette spontanéité, cette joie de vivre, cette flamme d’innocence qui en moi luisait.
enfin peut être qu’elle est toujours là, au fond de moi, mais elle ne brille plus comme avant.
Pourtant, quand je suis avec un mâle que je convoite, je sens le désir, l’envie, la lueur de plaisir, le feu qui couve… mais l’inconscient est là; et l’éteint.
Saloperie de psychologie à la con.
Avoir été droguée, violée, abusée, battue, agressée et ne pas s’en souvenir.
Juste avoir eu sur sa peau les stigmates, les marques de douleur.
Fait que ton corps se souvient pour toi.
Alors, tout ton langage corporel, change, s’adapte, contre ta volonté, « à l’insu de ton plein gré » ça doit vouloir dire ça…
Donc je m’insurge.
Encore un combat.
Oui, ça passe par le psy, encore une énième fois…
Mais ça passe aussi par la réappropriation de son moi.
De ce que je suis, de ce que je veux, de ce que je veux transmettre.
La résilience, la résistance, le courage ? ouais, pourquoi pas ?
Donc reprise en mains.
Exercice, nourriture saine.
Mais avant toute chose.
Acceptation du plaisir.
De la joie.
Désir de bonheur.
De partage avec ceux que j’aime.
De petits et grands moments.
Des instants choisis.
Le temps que l’on donne ainsi, est le plus beaux des cadeaux.
Précieux, empli de l’intention qu’on lui apporte.
Voilà aussi le truc, faire chaque chose avec intention.
L’impulsion, la volonté.
Le sourire de l’âme n’est jamais plus éblouissant que lorsqu’il est donné de façon désintéressée.
Rires, on dirait une phrase du Dalai Lama.
Mais bon, il n’a pas dit que des conneries non plus hein, cet homme là.
Donc être en reconquête de soi.
Ça doit être valable tout le temps en fait, pas uniquement en cas de drame.
Se retrouver, se toucher, permet d’éviter de se perdre.
J’ai recommencé à me masturber intempestivement, au gré de mes images mentales, et de la faisabilité de la chose.
Accepter de jouir, c’est un coté du truc, mais le vouloir c’est encore un pas.
Bref, j’ai pas perdu ma sensualité, je l’ai simplement laissée s’échapper.
Comme je laisse s’échapper parfois, un soupir de découragement, ou que je me laisse teinter, d’un soupçon d’abandon.
Mon secret n’est pas de me battre, non, mais de me relever.
C’est plus humble peut être, mais c’est pas anodin.
Ne pas rester à terre.
Essuyer les poussière, et avancer.
je ne me bats pas.
J’accepte, j’embrasse ET J’EMBRASE ce qui m’est arrivé.
Ça fera partie de moi à tout jamais.
je n’ai plus rien à prouver.
Juste à m’accepter.
Fêlée, cassée, abimée.
Mais toujours debout.
Sans crainte d’aimer, de désirer.
Sans crainte de briller ou même parfois de passer inaperçue.
Afin de mieux écouter.
Afin d’être.
Alors que ce soit clair une fois pour toutes, j’en ai rien à foutre, que vous aimiez ceci ou pas chez moi.
Je vis pour moi, selon mes envies, mes inspirations et non pas pour vos approbations.
La liberté est a ce prix.

5 Comments

  • Loucatezate

    Tes mots sont forts, durs et doux à la fois. Mon avis est sans importance, mais je suis convaincu que ton entourage te soutien. Sache que tu as tout mon soutien, même si je ne suis qu’un mec, qui a la prétention d’aimer les femmes. Juste un bisou pour le plaisir de la tendresse 😘

  • Clehot

    Bonsoir.

    Juste pour témoigner mon soutien sans faille. Je ne suis qu’un anonyme, mais un être humain. Je suis un homme timide, réservé et je suis surtout depuis longtemps en admiration de la Femme en général avec un grand F, celle qui est belle droite honnête, plein de qualités mais victime un jour d’un acte tellement irresponsable, terrible, long à subir, lent très très lent à cicatriser.

    Je suis surtout un homme respectueux et sincèrement désolé pour ta personne, ton âme en est touchée. Le chemin est long pour effacer ce qui n’est pas possible d’oublier.

    Avec toutes ces histoires malheureuses, je ne suis pas fier de faire partie du sexe « fort ».

    Certes, je ne suis pas une femme, je ne peux pas me mettre à ta place. Mais tu m’a touché.

    Tu dois le savoir, mais j’ai envie de le crier haut et fort : non, tous les hommes ne sont pas comme ça.

    Je ne veux pas être assimilé à des individus malsains et ignobles.

    La vie te donnera encore beaucoup d’occasions de t’apporter de multiples sourires.

    Et c’est tellement difficile de lire des témoignages de choses comme ça, eh oui c’est la vie.

    Tu écris très bien, c’est un plaisir de te lire. Je ne t’ai jamais écrit mais là j’avais quelque chose à te dire. Je te remercie de t’avoir lu.

    Je veux t’envoyer toutes mes bonnes ondes, porte-toi bien et accroche-toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 × 16 =