HEAT WAVE. #Elle & #Lui.

Perles de sueur au creux de mes reins, gouttes qui coulent entre mes seins.
Cheveux attachés, en queue de cheval, pas maquillée, halée, yeux qui brillent voire qui envoient des éclats.
Sourire insolent, celui qui vient juste après l’effort. habillée en Cerdan soit pieds nus en boxer et Marcel.
Magic de Coldplay à fond dans le casque. Je peins.
À genoux sur le parquet, je prends les couleurs et je les laisse couler. j’exprime ainsi mon lust et mon love.
Mes envies et mes désirs.
C’est le milieu de la nuit. et je ne sais pas depuis combien de temps je barbouille. Tout ce que je sais c’est que je n’ai pas fini.
J’ai une idée dans ma tête, celle qui me fait avancer. celle qui saura me dire quand la dernière goutte sera posée.
j’y suis pas encore.
je regarde la peinture sécher.
Contrairement à ce que l’on dit c’est un truc passionnant.
Tu ne sais jamais ce que le résultat va donner.
les transparences arrivent en douceur, les opacités se révèlent.
Le tableau nait sous mes yeux.
Le calme après la frénésie.
Un verre de Jack pas loin, pour l’odeur,pour le geste aussi, pour le goût un peu, pour l’envie de lui beaucoup.
La lumière est concentrée sur la toile, plongeant le reste de la pièce dans l’obscurité.
Par la fenêtre j’entends les vagues, qui s’écrasent sur la plage.
La marée est haute, elles viennent se briser sur les escaliers.
La nuit est sombre, quelques étoiles, la lune tarde à se lever…
Il fait chaud, brise maritime des marées.
Je sors un peu, tout en prenant un plaid sur le canapé, pour me poser sur les marches, et laisser les pieds se faire lécher par les vagues.
J’ai du faire un peu de bruit en ouvrant la porte d’entrée, la moustiquaire bloque toujours un peu, et ça a dû le réveiller, parce quelques minutes après que je me retourne et je le vois découpé dans le contre jour de la porte.
Cheveux hirsutes, et entouré d’un paréo, deux verres du liquide ambré à la main
il vient se poser en silence sur la marche au dessus de moi, et m’entoure de ses jambes et de ses bras.
M’embrasse la nuque, me caresse les cheveux, puis approche ma tête contre son torse.
Je sens son odeur qui se mêle à celle de l’océan.
Sa sueur salée et les embruns. j’embrasse et je lèche son torse comme un petit chat. tout doucement.
On est là depuis quelques jours déjà, on a trouvé cet endroit par hasard, sans vraiment le chercher, la maison est simple, en bois, sur pilotis, une rescapée mi cabane de pêcheurs mi ancienne bicoque de beatniks.
you’re not bare foot then you’re over dressed. »ssed. ». »On a craqué pour le panneau à l’entrée:  » If yourte ont barre foot tien yourte over dressed. »
Elle nous ressemble, simple, chaleureuse confortable, pas de faux semblants.
Elle craque de partout, sous le vent et sous les vagues. mais nous y sommes heureux.. tout simplement.
je me retourne descends de deux marches, me mets à genoux entre ses jambes  et j’entreprends de le caresser sous son paréo, du bout de mes lèvres de de mes doigts.
Juste de quoi l’agacer.
Et ça marche.
Il entoure sa main de ma queue de cheval et m’attire sur son sexe.
avec fermeté et douceur toujours.
Sans violence mais avec puissance.
je le sens immédiatement grossir et durcir au fond de ma bouche. Les vagues m’éclaboussent un peu, j’ai la chair de poule, et mes seins durcissent.
J’adore le sucer, lui prouver mon attachement, mon amour, mon appartenance.
J’aime lui présenter ainsi mes hommages. le surprendre quand le moment s’y prête.
il a une vue de mon cul sous les étoiles et la lune qui s’est décidée à sortir.
Il me prend par la main et me soulève. pour m’entrainer sur le porche face à l’océan cette fois.
Là il me fouille, je suis déjà trempée. lui faire une fellation me fait toujours cet effet.
Il me plaque à la balustrade et m’encule avec sa queue trempée de ma salive. il me prend d’un coup me voilà criant à la lune telle en louve en chaleur. mes seins contre la rampe, mes mains accrochées au barreaux.
Mon cul se serre, je l’aspire avec tant de délice, que je sens chaque centimètre de sa queue me pénétrer.
Ce que j’aime que tu m’encules ainsi luv. fuck ce que je j’aime quand tu me prends.
Il me regarde et sourit. Jusqu’à l’os amour to the bone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 + 3 =