on life.

Déclaration d’amour. Ou pas.

Pffffttt… ce que tu m’as manqué toi !

Ton odeur, ton goût, ta façon d’être là.

Viens là, où plutôt non, reste là bas, que je te vois.

Envie de toi, mais juste comme ça, pour te regoûter, te reboire…

Te faire la cour, te redécouvrir, simplement.

Par mes yeux embués.

De nouveau te sentir, te toucher, t’embrasser, et de nouveau se retrouver.

Te regarder, aimer tes doutes, tes hésitations, aimer tes arrêts dans le temps, ceux que tu prends pour réfléchir.

Pour ressentir.

Te ressentir, embrasser tes élans, autant que tes fulgurances, caresser tes désirs et saliver à tes envies.

T’écouter, corps et âme, les conversations non verbales que nous avons sont si passionnantes et prenantes.

Se donner, du temps, de la tendresse, de la force.

Parfois même sans que tu ne t’en rendes compte.

Faire attention à toi, de loin, de près qu’importe, tu es là, tout le temps, même absent.

Te laisser prendre de plus en plus de place.

Naturellement parce que c’est ainsi, la vie nous a réunis.

Croire en toi, parfois plus que tu n’y crois toi.

Sans être aveugle pour autant, juste savoir que tu es précieux, valeureux.

Te voir, plus que te regarder, te voir tel que tu es, avec tes valeurs classiques et intemporelles.

Tout te dire, afin d’être totalement nue devant toi.

Sourire à tes doutes surperflus, à tes vagues creusées … et rire avec toi sur les déferlantes sauvages.

Ne pas avoir besoin de toi, aimer simplement que tu sois là.

Il n’y a pas de totem, pas d’animal esprit qui puisse te déterminer.

Tu es toi, droit, mais souple … construit à bout de bras, à force de volonté.

Alors comment ne pas aimer tout ce que tu me montres, tes forces et tes vulnérabilités ?

Ne même pas chercher à te séduire, être juste là.

L’amour ne demande pas d’efforts, pas de sacrifices, pas d’autres dons que ce que l’on veut donner et partager.

Dans ce cas l’amour ne se choisit pas,

Il se vit là à côté de toi.

A embrasser l’homme que tu es, blottie ou à ton bras.

Juste là. Comme ça.

Sans efforts particuliers.

Sourire aux lèvres.

Larme a l’œil parfois,

Ou rire aux éclats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 ⁄ 1 =