on life.,  vilaine

…à coeur ouvert. Part 2

Réfléchis, prends ton temps surtout, tu risques de faire un burnout.

Pendant ce temps, par la fenêtre sur le monde, que tu as, par la TV, par internet, tu vois le monde qui avance, qui vit ses rêves, voire qui vit les tiens.

Et tu ne bouges pas… les médocs font effet, tu es bien là dans ton routinier ouatiné.

Pourtant tu vois des gens de temps à autres, ils affichent leur vulnérabilité, leur folie et leur trou aussi…

Ils te voient, car il en faut toujours un pour un reconnaître un n’est ce pas?

Alors un fêlé ou deux viendront et te diront :

HEY, Mec, viens par là, l’aventure est peut être dangereuse, mais c’est la routine qui te tue..

Ils font partie des autres, ceux qui croient en la différence, ceux qui aiment faire du bruit, ce qui kiffent leur musique à fond à minuit…

Ceux qui sont étonné qu’aujourd’hui, à 20 ans, il y a plus de gamins qui rêvent d’être fonctionnaires qu’artistes, ou libres.

Pour la sécurité de l’emploi, pour les privilèges sociaux, au détriment, d’un talent, ou d’un don.

En réaction, ceux dans ton monde te diront….

Vous pensez bien monsieur, la vie c’est dangereux…

En dehors de ces murs, on ne sait pas ce qu’il y a, mieux encore on veut pas savoir, on en si bien chez soi.

Et on aura beau leur lire des livres d’aventures, de courage et dépassement de soi..

Rien n’y fera.. il ont été bridés conditionnés.. dorlotés…

Jamais exposés au soleil entre onze et treize heures… Puis de toutes les façons, se baigner direct après manger c’est mauvais. Tu peux mourir.

Quant aux dingues, aux excentriques, qui baisent, avec bonheur et sans tabous…

Te tenteront, (Quelle HORREUR !! la tentation.. le mal ABSOLU.).

Mais si ils avaient raison…

On a tous nos dragons, nos démons, et nos faiblesses.

Mais on s’est rendu compte que rien ne servait à les cacher avec honte.

Parce qu’en regardant bien, tout le monde en avait.

Des plus petits au plus gros, des plus au moins encombrants mais on est pas tous fous à lier.

Au contraire, nous on tente, on veut avancer, changer les choses, vivre et vibrer.

On croit aux miracles, on en voit tous les jours, on croit, oh folie, en nos rêves aussi..

On va les chercher, on tord le cou au destin.

On célèbre foutrement la vie.

La liberté, le bonheur et l’excentricité.

Secte curieuse que sont les artistes, les fêlés, les écrivains, les musiciens.

Ils vivent pour divertir les autres, leur apporter du beau.

Bohèmes parfois, jamais dans le cadre… ou en y réfléchissant en plein dedans..

Stéréotype bancal, de l’expression de la nature animale…

Va savoir.. tous ne sont pas dotés de la même détermination.

Qu’est ce qui les meut, les fait avancer?

Le désir de paraître, d’être reconnu.

De vivre plus haut, plus fort..

De baiser, de danser sous la pluie, de sourire à la vie.

Mais quand on sait, qu’artistes il le sont par évidence et par choix, que s’ils ne s’expriment pas dans leur art, ils se sentent en prison..

Que peindre ou écrire pour certains, c’est aussi vital que de boire ou de respirer.

Qu’ils n’ont pas le choix, que dans cette partie du monde, la folie n’existe pas, qu’elle est nécessaire, pour pouvoir s’exprimer.

Qu’ici, il n’y que des excentriques, des farfelus, des loufoques et pire que tout des amoureux.

Des vrais, ceux qui t’aiment tel que tu es, qui ne cherchent pas à te changer…

Qui te prennent tel que tu es.

Oui mais ça ce sont des mots, des cases pour les ranger créées par ceux pour qui penser est dangereux.

Alors la vie c’est ça..

Tu as le choix,

Tu souffres quoiqu’il advienne.

Car il faut que t’apprennes.

Mais ce qui compte c’est l’après.

Ta souffrance, mec t ‘en fait quoi?

Tu l’enterres au fond du jardin.

Tu la noies dans un verre ou plusieurs de Jack.

Ou tu la brules avec la jolie jeanne, pour t’anesthésier?

Ou tu la dévoiles au monde.

Tes maux en mots, tu balances tes tripes et tu écris.

Tu peins avec tes tripes.

Tu dis fuck au destin.

Tu te laisses aimer tel que tu es.

Serein.

Tu traces ta vie.

Tu ne crains plus rien.

Tu es craint.

Car tu as dompté démons et dragons, tes cicatrices les confirment, elles sont là pour en témoigner.

Et tu brilles mec.

Parce que en pleine lumière.

Bordel de merde ce que tu es radieux.

Alors oui, tu vis avec un trou béant dans la poitrine.

Ton cœur bat.

Tous les jours tu le sens.

Tu souris, tu es heureux.

Tu ries. Tu vis. Tu aimes et tu es aimé.

Pour l’homme que tu es, qu’il soit fêlé ou cabossé.

Et Fier et noble, tu regardes tout le monde dans les yeux.

Amis, parents, enfants et tout ceux qui n’ont pas cru en toi.

Et tu les embrasses, tu les embrasses si fort.

Parce qu’en ton cœur, il n’y plus de colère, de peur ou de haine.

Il y a de l’amour et de la fierté.

L’amour est la plus grande, la plus puissante des forces,

Celle d’avoir fait avec courage le bon choix.

Quant à tout ceux qui ont voulu te faire flancher, plier.

Pour ton bien hein..parce qu’encore une fois, le monde est dangereux.

Tu les regardes, tu souris.

Tu leur dis, hey, regarde moi.

Je suis dehors. Je ne suis pas mort. J’ai un putain de talent.

On m’aime pour ce que je suis. Absolument.

Je vis.

 J’ai changé le cours de mon destin, je suis là je veux être.

au bord de l’océan là bas, au bout du monde, ou sur son toit.

Et je suis HEUREUX !

La preuve je souris tout le temps.

Et mentalement.. parce qu’on est humain hein, tu leur fais un gros doigt.

Hey on est artiste ou on ne l’est pas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 + 5 =